Articles

Le beau matin

 

Dans la grisaille du matin, je regardais par la fenêtre

Le regard embrumé de sommeil, tournant la manivelle

J’étais absent, le lent mouvement de la persienne

Les yeux portant au loin, au-delà de ce qui paraît être

Je devinais la nature, qui semblait endormie et blême.

Cet arbre qui s’agite lentement sous la brise du matin

Comme si, lui aussi s’étonnait de voir bouger quelqu’un,

La grande cour vide, comme une autoroute sans fin

Au milieu d’un immense et solitaire désert de sable fin Lire la suite