Proverbe sur la vie

Proverbe de vie.

La vie

La vie est un phénomène naturel observé à ce jour uniquement sur Terre. Elle se manifeste à travers des structures matérielles appelées organismes vivants, ou êtres vivants. Ils sont reconnaissables par la grande complexité de leur structure interne et leur activité autonome.

Caractéristique d’un être vivant

Par rapport aux objets inanimés et aux machines, il est « un corps qui forme lui-même sa propre substance ». Il le fait à partir de celle qu’il puise dans le milieu. De ce phénomène d’assimilation, découlent tous les autres phénomènes propres au vivant :

  • La régénération.
  • Le renouvellement de leurs tissus.
  • La reproduction.
  • Le développement de l’organisme.
  • l’évolution au cours du temps par acquisition d’organes diversifiés et de facultés plus éminentes (pas encore prouvé).

Ils se distinguent également par le fait qu’ils s’écartent durablement de l’équilibre thermodynamique selon un processus appelé homéostasie.

L’ensemble des organismes vivants forme ce qu’on appelle la biosphère. La présence de la vie sur Terre influence énormément la composition et la structure de la terre et de l’atmosphère. Par exemple, l’abondance d’oxygène dans l’atmosphère est directement liée à la présence de vie. L’étude du phénomène vivant recoupe donc certains domaines d’études de la Terre elle-même, c’est-à-dire de la géologie.

Elle est aussi une notion empirique particulièrement importante pour les êtres humains (eux-mêmes des êtres vivants). Cependant complexe à circonscrire en une définition (cf. infra). On oppose au phénomène vivant la notion de mort, mais aussi de matière inerte, voire brute. Selon ce point de vue, la notion de vie est associée à la durée s’écoulant entre la naissance et la mort. Au contenu événementiel actif et passif de cette période. Ainsi qu’à l’approche harmonieuse des relations humaines (voir « question sociale »).

De la vie à la mort

La conscience d’une transition entre la vie et la mort, exprimée au travers de rites funéraires, fait partie des stades marquants de l’hominisation. Parmi les concepts primordiaux de la pensée, elle a donné lieu à de nombreuses réflexions et analyses empiriques, scientifiques, etc. C’est également une source de débats souvent reliés aux notions d’esprit et d’intelligence.

Qu’il s’agisse de considérations éthiques:

Environnementales:

Ou même politiques:

La biologie est la science ayant pour objet l’étude des caractères communs aux différents êtres vivants. Elle s’appuie notamment sur la chimie organique et l’étude de l’évolution des organismes présents ou passés. S’interrogeant :

  • Sur les conditions de son apparition (phénomène unique ou au contraire très banal).
  • Sur la possibilité de vie extraterrestre éventuellement évoluée.
  • Implicitement des organismes sapiens émotionnellement sensibles, capables de prouesses technologiques comparables à l’humanité).

Certains théoriciens n’excluent pas d’adopter des définitions pouvant inclure des formes mécaniques ou électromécaniques.

Même des formes créées par l’homme en dehors de tout processus reproductif naturel :

Proverbe sur la vie

Proverbe de vie.

La vie

La vie est un phénomène naturel observé à ce jour uniquement sur Terre. Elle se manifeste à travers des structures matérielles appelées organismes vivants, ou êtres vivants. Ils sont reconnaissables par la grande complexité de leur structure interne et leur activité autonome.

Caractéristique d’un être vivant

Par rapport aux objets inanimés et aux machines, il est « un corps qui forme lui-même sa propre substance ». Il le fait à partir de celle qu’il puise dans le milieu. De ce phénomène d’assimilation, découlent tous les autres phénomènes propres au vivant :

  • La régénération.
  • Le renouvellement de leurs tissus.
  • La reproduction.
  • Le développement de l’organisme.
  • l’évolution au cours du temps par acquisition d’organes diversifiés et de facultés plus éminentes (pas encore prouvé).

Ils se distinguent également par le fait qu’ils s’écartent durablement de l’équilibre thermodynamique selon un processus appelé homéostasie.

L’ensemble des organismes vivants forme ce qu’on appelle la biosphère. La présence de la vie sur Terre influence énormément la composition et la structure de la terre et de l’atmosphère. Par exemple, l’abondance d’oxygène dans l’atmosphère est directement liée à la présence de vie. L’étude du phénomène vivant recoupe donc certains domaines d’études de la Terre elle-même, c’est-à-dire de la géologie.

Elle est aussi une notion empirique particulièrement importante pour les êtres humains (eux-mêmes des êtres vivants). Cependant complexe à circonscrire en une définition (cf. infra). On oppose au phénomène vivant la notion de mort, mais aussi de matière inerte, voire brute. Selon ce point de vue, la notion de vie est associée à la durée s’écoulant entre la naissance et la mort. Au contenu événementiel actif et passif de cette période. Ainsi qu’à l’approche harmonieuse des relations humaines (voir « question sociale »).

De la vie à la mort

La conscience d’une transition entre la vie et la mort, exprimée au travers de rites funéraires, fait partie des stades marquants de l’hominisation. Parmi les concepts primordiaux de la pensée, elle a donné lieu à de nombreuses réflexions et analyses empiriques, scientifiques, etc. C’est également une source de débats souvent reliés aux notions d’esprit et d’intelligence.

Qu’il s’agisse de considérations éthiques:

Environnementales:

Ou même politiques:

La biologie est la science ayant pour objet l’étude des caractères communs aux différents êtres vivants. Elle s’appuie notamment sur la chimie organique et l’étude de l’évolution des organismes présents ou passés. S’interrogeant :

  • Sur les conditions de son apparition (phénomène unique ou au contraire très banal).
  • Sur la possibilité de vie extraterrestre éventuellement évoluée.
  • Implicitement des organismes sapiens émotionnellement sensibles, capables de prouesses technologiques comparables à l’humanité).

Certains théoriciens n’excluent pas d’adopter des définitions pouvant inclure des formes mécaniques ou électromécaniques.

Même des formes créées par l’homme en dehors de tout processus reproductif naturel :