Le Nom personnel de Dieu-Jéhovah

Quel est le nom personnel de Dieu ?

 

Jéhovah - le nom du Dieu créateur

Jéhovah – le nom du Dieu créateur.

Jéhovah, est-ce le nom de Dieu ?

Jéhovah – Á l’époque ou la Bible fut écrite, les babyloniens et les égyptiens avaient des milliers de dieux, il était indispensable de pouvoir distinguer le vrai Dieu, le véritable Créateur de toutes choses, de cette multitude de dieux. Un jour alors que le Dieu de la Bible parlait à Moïse et lui demandait d’aller voir Pharaon pour demander la libération du peuple d’Israël, Moïse lui demanda son nom, nous retrouvons cela en Exode 3:13-15 ou nous lisons:

Mais Moïse dit au [vrai] Dieu :  » Supposons que je sois venu maintenant vers les fils d’Israël et que je leur aie dit : ‘ Le Dieu de vos ancêtres m’a envoyé vers vous ‘, et qu’ils disent vraiment : ‘ Quel est son nom ? ‘ Que leur dirai-je ?  » Alors Dieu dit à Moïse :  » JE SERAI CE QUE JE SERAI.  » Et il ajouta :  » Voici ce que tu diras aux fils d’Israël : ‘ JE SERAI m’a envoyé vers vous. ‘  » Puis Dieu dit encore à Moïse : » Voici ce que tu diras aux fils d’Israël : ‘ Jéhovah le Dieu de vos ancêtres, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob, m’a envoyé vers vous. ‘ C’est là mon nom pour des temps indéfinis et c’est là mon mémorial de génération en génération.

Ce nom Jéhovah s’écrivait sous la forme de 4 lettres ou tétragramme, En français, ce sont les consonnes YHWH qui traduisent le tétragramme. Nous retrouvons le nom de Dieu près de 7000 fois dans l’ancien testament où écritures hébraïques.

Nom personnel de Dieu en hébreu avant la déportation à Babylone

Écriture du nom de Dieu av. la captivité à Babylone

Ecriture du nom de Dieu ap. Babylone

Écriture du nom de Dieu ap. la captivité à Babylone

Quelle est sa signification ?

Le nom divin est une forme du verbe hawah, qui se traduit par « devenir« , et il signifie « Il fait devenir« . Il présente donc le Créateur comme l’Être qui réalise progressivement ses promesses et qui accomplit immanquablement ses desseins.

Quelle est sa prononciation ?

Au cours des siècles, les hébreux ont abandonnés par superstition la prononciation de ce nom ce qui fait que personne ne sait vraiment comment il se prononçait à l’origine. Quelle en est la raison ? Rappelons que la première partie de la Bible a été rédigée en hébreu. Or, dans cette langue, on n’écrivait à l’époque que les consonnes, et pas les voyelles. Évidemment, quand les rédacteurs divinement inspirés ont mentionné le nom du Créateur, ils ont suivi la même règle : ils n’en ont inscrit que les consonnes. Du fait de la superstition qui a amené les juifs à croire qu’il était mal de prononcer le nom divin, quand ils le trouvaient en lisant la Bible à haute voix, ils lui substituaient un autre mot hébreu, ´Adhônây (« Souverain Seigneur »).

Parchemin ou l'on trouve le nom personnel de Dieu de nombreuse fois.

Avec le temps l’hébreu ancien a cessé d’être employé dans les conversations quotidiennes, de sorte que la prononciation originale du nom de Dieu a fini par tomber en désuétude. Pour que l’usage de la langue hébraïque dans son ensemble ne se perde pas, au cours de la deuxième moitié du premier millénaire de notre ère des docteurs juifs ont élaboré un système de signes représentant les voyelles manquantes, et ils l’ont introduit dans le texte consonantique de la Bible hébraïque. Désormais, les voyelles étaient écrites au même titre que les consonnes, ce qui a permis à la prononciation en vigueur à l’époque de se perpétuer. Néanmoins, quand ils ont rencontré le nom de Dieu, ces scribes ne lui ont pas ajouté les signes vocaliques qui en auraient défini l’articulation. Dans la plupart des cas, ils ont plutôt mis d’autres points-voyelles afin de rappeler au lecteur qu’il devait dire ´Adhônây. C’est de cet assemblage de lettres qu’est née la forme Iehouah ou Yehôwâh, qui s’est transformée au fil des siècles pour donner Jéhovah, l’orthographe reçue du nom divin en français. Ce terme a conservé les éléments essentiels du nom de Dieu tels qu’ils apparaissent dans l’original hébreu.

Comment prononcer le nom divin ?

Certains hébraïsants avancent : Yahvé ou Yahweh, Tout cela repose sur des déductions et rien ne dit qu’il s’agit de la prononciation exacte. Rappelons-nous que pour un même mot, la prononciation est différente en fonction de la langue parlé, demandez a un anglais puis a un chinois comment ils prononcent les noms de Paris et de Londres, vous serez surpris du résultat. Pourtant se sont des langues modernes.

La première fois que le nom personnel de Dieu apparaît dans une Bible en anglais, c’est en 1530, dans la traduction du Pentateuque par William Tyndale. Il a la forme « Iehouah ».

En 1535, dans sa traduction de la Bible en français, Pierre Robert Olivétan le fait figurer en plusieurs endroits, également sous la forme « Iehouah ». Au fil du temps, l’orthographe du nom divin a suivi l’évolution de la langue.

Ainsi, la Bible de Genoude, parue en 1824, emploie en divers endroits la forme « Jéhovah » pour traduire le Tétragramme.

La Bible de Crampon, édition de 1894-1904, utilise « Jéhovah » dans toutes les Écritures hébraïques.

Au sujet de l’emploi de « Jéhovah » plutôt que « Yahvé », le professeur jésuite Paul Joüon a expliqué en 1923 dans sa Grammaire de l’hébreu biblique : « Dans nos traductions, au lieu de la forme (hypothétique) Ya̧hwȩh, nous avons employé la forme Jéhovah […] qui est la forme littéraire et usuelle du français. »

En 1930, le bibliste Alexander Kirkpatrick a formulé une idée similaire : « Les grammairiens modernes prétendent qu’il [le nom divin] devrait se lire Yahveh ou Yahaveh ; mais JEHOVAH semble être bien ancré dans la langue anglaise, et le plus important n’est pas de savoir sa prononciation exacte, mais de reconnaître que c’est un Nom propre, et pas un simple titre appellatif comme “Seigneur”. »

DANS la bible, comment Psaume 83:18 (Psaume 83:19 dans bon nombre de versions) est-il traduit ? Les Saintes Écritures — Traduction du monde nouveau le rendent ainsi : “ Pour qu’on sache que toi, dont le nom est Jéhovah, tu es, toi seul, le Très-Haut sur toute la terre ! ” D’autres versions traduisent ce verset de façon semblable. Cependant, beaucoup remplacent le nom “ Jéhovah ” par des titres comme “ Seigneur ” ou “ Éternel ”. Que contient réellement ce verset : un titre, ou le nom “ Jéhovah ” ?

Ce verset contient un Nom. Dans la langue hébraïque originale (dans laquelle la plus grande partie de la Bible a été écrite), un nom personnel unique y apparaît. En hébreu, il s’orthographie יהוה (YHWH). En français, il est traduit couramment par “ Jéhovah ”.

Ce nom ne se trouve-t-il que dans ce seul verset ?

Non. Il figure près de 7 000 fois dans le texte original des Écritures hébraïques.

Alors pourquoi ne le retrouve t’on pas dans tous ces endroits ?

Quelle est l’importance du nom de Dieu ?

Considérez la prière que Jésus Christ a donnée comme modèle. Elle commence de cette façon : “ Notre Père dans les cieux, que ton nom soit sanctifié. ” (Matthieu 6:9).

Plus tard, Jésus a prié ainsi : “ Père, glorifie ton nom.

Du ciel, Dieu lui a répondu : “ Et je l’ai glorifié, et je le glorifierai de nouveau. ” (Jean 12:28).

De toute évidence, le nom de Dieu est de la plus haute importance. Pourquoi, dans ce cas, des traducteurs l’ont-ils remplacé par des titres dans leur version de la Bible ?

Il semble qu’il y ait deux raisons principales à cela. Premièrement, beaucoup affirment qu’on ne devrait pas employer le nom de Dieu, car sa prononciation originale est inconnue aujourd’hui. Étant donné que l’hébreu ancien s’écrivait sans voyelles, personne ne peut dire aujourd’hui comment on prononçait exactement YHWH aux temps bibliques. Mais cela doit-il nous retenir d’utiliser le nom de Dieu ?

Aux temps bibliques, le nom “ Jésus ” devait se prononcer « Yéshoua« , ou peut-être « Yehoshoua«  ; personne ne peut le dire avec certitude. Pourtant, dans le monde entier, on emploie différentes formes du nom “ Jésus ” ; chacun le prononce de la façon qui est habituelle dans sa langue. Les gens n’hésitent pas à l’utiliser sous prétexte qu’ils ne savent pas quelle était sa prononciation au Ier siècle. De la même manière, si vous alliez à l’étranger, vous constateriez peut-être que votre nom a une consonance complètement différente dans une autre langue. En conséquence, ce n’est pas parce qu’on ignore la prononciation exacte du nom de Dieu dans le passé qu’il ne faut pas l’employer.

Ce qui est important n’est pas tant la prononciation que l’usage du nom.

Actuellement, en français la prononciation du nom divin est Jéhovah et cela depuis des siècles, pour vous en convaincre il n’y a qu’a entrer dans certaines églises ou cathédrales :

  • Basilique Notre-Dame de Fourvière, à Lyon (Rhône), en France.
  • Cathédrale de Bourges (Cher), en France.
  • Église de La Celle-Dunoise (Creuse), en France.
  • Église de Digne (Alpes de Haute-Provence), en France.
  • Église de São Paulo, au Brésil.
  • Cathédrale de Strasbourg (Bas-Rhin), en France.
  • Basilique Saint-Marc, à Venise, en Italie.)

Dans ces édifices religieux vous pourrez voir ce nom en de nombreux endroits. Bien que quantité de traducteurs soient partisans de la prononciation Yahvé, la Traduction du monde nouveau et un certain nombre d’autres versions continuent à utiliser la forme Jéhovah parce qu’elle est connue et employée depuis des siècles. En outre, elle conserve au moins aussi bien que les autres les quatre lettres du Tétragramme, YHWH ou JHVH.

Alexandre Westphal, docteur en théologie de langue française, a jadis fait le même choix pour des raisons tout à fait similaires. Dans son ouvrage intitulé « Jéhovah » il déclarait :

« Si quelque lecteur venait à s’étonner de ce que nous écrivons Jéhovah, et non pas Jahvéh, ou Jahvé (…), nous répondrons que nous nous sommes fait un devoir de n’adopter dans notre livre que les modifications qui s’imposent. (…) Il est certain que le mot Jéhovah, mot classique en français, consacré par les maîtres de notre langue comme par la littérature chrétienne qui depuis des siècles fait l’édification de l’Église, est un vocable conventionnel. (…) On comprendra dès lors que nous n’ayons pas cru devoir jeter le désarroi parmi nos lecteurs, en rompant avec une tradition qui (…) exprime dans le vocable Jéhovah le tétragramme JHVH. »Édition de 1924, pages 36, 37.

Le vocable Jéhovah est internationalement accepté, comme en témoigne l’orthographe traditionnelle du nom divin dans les quelques langues suivantes :

Allemand Jehova
Anglais Jehovah
Awa Bakal Yehóa
Cantonais Yehwowah
Danois Jehova
Espagnol Jehová
Fidjien Jiova
Français Jéhovah
Hongrois Jehova
Italien Geova
Japonais Ehoba
Portugais Jeová
Roumain Iehova
Suédois Jehova
Yorouba Jehofah

 

Erick de Noailles.